Orgue Sainte-ClaireSociété des Concerts de St-Martin

M. Ré-Dièze et Mlle Mi-bémol, un conte de Jules Verne

Carte de Noël de Gustave Doré

Concerts-spectacles pour petits et grands à l’église Sainte-Claire de Vevey les 18 et 19 janvier

Annonce du conte parue dans le Figaro du 28 novembre 1893 : "Noël ! Noël ! Réjouissez-vous, petits et grands, voici que se forme pour vous le cortège des beaux livres aux uniformes dorés, aux titres flamboyants (…) lisez le joli conte de Jules Verne : M. Ré-Dièze et Mlle Mi- Bémol et vous verrez tout ce qu’il y a encore de verve et de fantaisie chez ce conteur extraordinaire, dont les livres nous charment depuis si longtemps, qu’ils paraissent n’avoir plus d’âge"

Ecrit à une époque soucieuse de vulgariser la science, ce conte très documenté est l’œuvre d’un homme qui s’est d’abord consacré aux pièces de théâtre, avant d’aborder les romans fantastiques qui feront son succès. Habité par un goût de la musique vocale qui le suivra toute sa vie, il truffe son récit de références musicales.
Il n’en fallait pas davantage pour animer l’imagination d’un comédien, d’une chanteuse et d’un organiste cherchant à lier musique et théâtre !
Bénéficiant de l’acoustique exceptionnelle de l’Église Sainte-Claire, ils se lanceront des répliques parlées et musicales, abondamment illustrées sur grand écran, autour de l’orgue Goll restauré.

Société des Concerts de St-Martin

M. Ré-Dièze et Mlle Mi- BémolM. Ré-Dièze et Mlle Mi- Bémol
Yvette Guilbert Musiciens de Saint-Julien

Sur les pas d'Yvette Guilbert, Chansons d'hier et d'aujourd'hui

avec Les Musiciens de Saint-Julien / François Lazarevitch

Après un concert chaleureusement accueilli à Paris aux Concerts de midi de la Sorbonne (Amphithéâtre Richelieu) en février 2019, deux dates sont programmées au printemps 2020 dans la Manche : le 8 avril à Quettehou et le 9 avril à Saint-Hilaire-du-Harcouët.

Hommage à Yvette Guilbert et à sa seconde carrière pendant laquelle elle va s'intéresser à la musique ancienne. Elle fera des recherches à la Bibliothèque Nationale, transcrira des partitions, s'appropriera des chants anciens et populaires en les éditant et en les interprétant au concert.

www.lesmusiciensdesaintjulien.fr

Le concert commenté Yvette Guilbert chante Déodat de Séverac a été créé à la demande des Journées Séverac de Céret en 2018 avec la pianiste Françoise Tillard et repris à Paris en 2019. Il sera à nouveau présenté au public en 2021, lors des célébrations du centenaire de la disparition du compositeur.

www.paroleetmusique.net
MúSIC musée des instruments Céret

Yvette GuilbertYvette Guilbert
O Carta amorosa L'Enfant et les sortilèges

O Carta amorosa ! Lettres et tweets en musique...

O Carta amorosa : lettres en musique de l’Italie baroque à aujourd’hu - CD Label EnPhases 2019
Françoise Masset et La Gioannina : Nanja Breedijk (harpe triple) et Rémi Cassaigne (théorbe et guitare baroque)

Au Temple de Versailles le 2 mars,
à Paris, au Théâtre de l’Alliance française et en direct sur France Musique, lors de l’émission "Génération France Musique" le 20 juin,
à Lucinges, au Manoir des Livres et dans la Maison Michel Butor, pour l’inauguration du musée, le 25 juin.

Extraits de la présentation du programme par Rémi Cassaigne :

"La lettre en musique est une face cachée et exemplaire de l’histoire de la cantate italienne. De l’émergence du stile rappresentativo (la fameuse Lettera Amorosa de Monteverdi) à l’épanouissement du bel canto (Carissimi, Stradella) - et sa parodie (la très burlesque Lettera del Signor Carlo Antonio Benati alla Signora Vittoria Tesi de Benedetto Marcello) -, le genre épistolaire est abordé à l’âge d’or de la cantate italienne par de nombreux compositeurs (…)
En donnant en concert ce programme autour de la Lettera amorosa, je me suis souvent dit que toute cette rhétorique passionnée autour de l’attirail épistolaire, la page blanche, l’encre, l’enveloppe cachetée, appartenait décidément à un monde révolu. Comment jeter un pont avec les formes immatérielles de la communication amoureuse d’aujourd’hui ? Dans une interview à Télérama, en mars 2013, trois ans environ avant sa disparition, Michel Butor était interrogé sur les possibilités ouvertes à la littérature par la révolution numérique : Il n’y a que les poètes pour nous guider à l’intérieur de ces nouveaux territoires. Prenez Twitter. Cent quarante caractères, c’est une contrainte prosodique respectable, comme on a inventé celle du sonnet au XVIème siècle. Évidemment très peu de gens sont capables d’en tirer des choses intéressantes, de même que très peu ont été capables de créer des sonnets intéressants, sur les millions qui ont été écrits dans l’histoire de la littérature.
Le prenant au mot, j’ai aussitôt écrit à Michel Butor, sur le mode : chiche, écrivez-moi un cycle de tweets à mettre en musique. Et l’écrivain, la générosité même, m’a envoyé quelques semaines plus tard une série de textes brefs, que j’ai aussitôt confiés au compositeur Vincent Bouchot (…) Face au reste du programme, italien et baroque, ce cycle contemporain en langue française crée par contraste une alchimie singulière. À quoi s’ajoute l’émotion produite par le caractère posthume que revêtent désormais ces textes inédits de Michel Butor : La porte de l’autre côté / Avec son code... Mon retour qui sera / Je ne sais quand...
Cet enregistrement est dédié à sa mémoire."

Une maison d’écrivain et un manoir des livres : un héritage de Michel Butor

Michel Butor
ORGUE Fresnes Orgue de Vevey

Sous le signe des orgues, des musiques plurielles !

Janvier : à l’Alpe d’Huez (Notre Dame des Neiges) et à Paris (Couvent de l’Annonciation et Saint-Georges de la Villette) avec Gabriel Bestion de Camboulas pour un programme de Noël ; à Vevey (Suisse) avec Pierre-Alain Clerc et Daniel Chappuis pour un conte de Jules Verne, musical et fantastique

Mai : enregistrement d’œuvres de Christophe Marchand à Lunéville avec Pascale Rouet

Juin : à Coutances autour du Stabat Mater de Julia Kristeva avec Pascale Rouet

Août : à Coutances avec Vincent Genvrin ; à Saint Julien-du-Sault et à Pesmes avec Étienne Baillot

Octobre : au Festival de Toulouse-les-Orgues avec Yves Lafargue pour ses Récits de fantaisie

Décembre : à La Ciotat avec Pascal Marsault pour un programme de Noël

cathédrale de Coutances Orgue de St-Julien